ARCHÉOLOGIE

 

 

 

 

UN OUVRAGE INDISPENSABLE 

 


Bon de commande

volet3BD

 

REVUE N° 166 

juin 2017

 

 

A commander par correspondance à "La boutique"

 

 

  PLUS D'INFOS 

bulletin166

 

Accueil ]-[ Qui sommes-nous ? ]-[ Archéologie ]-[ Restauration mobilière
LA RESTAURATION DES OBJETS
 
APRÈS LA FOUILLE....... LA RESTAURATION....
 
 
      L'atelier de restauration de la Physiophile a été inauguré en 1979 dans notre ancien local. Il évitait le recours onéreux aux laboratoires extérieurs et permettait au spécialiste (Yves Billard) de traiter sur place certaines pièces fragiles découvertes en fouille. La restauration n'est pas un luxe mais une nécessité, si l'on veut assurer la protection et la conservation à long terme du mobilier archéologique. Les traitements doivent être effectués au plus tôt après l'exhumation.
 
LA RESTAURATION DES OBJETS EN FER
      Les garnitures de ceinture et autres menus objets fragiles comme les carreaux d'arbalètes, subissent un traitement mécanique sous hotte aspirante, réalisé avec du matériel de mécanicien dentiste (petits moteurs suspendus, fraises...). - Les scramasaxes, les épées, conservant un noyau ferreux important qui les rend beaucoup moins fragiles, séjournent dans un bain de déoxyne qui supprime chimiquement la gangue de rouille.
 
LA RESTAURATION DES BRONZES
      Le mobilier en bronze nécessite le plus souvent un traitement à base de sel de seignette, bien que dans certains cas un décapage manuel soit suffisant. Bronzes et fers doivent ensuite être soumis à un étuvage destiné à éliminer l'humidité résiduelle, puis à un bain imperméabilisant dans une solution alcoolique ou cétonique de paraloïd.
 
CLASSEMENT DU MOBILIER MÉTALLIQUE
      Chaque objet restauré est accompagné d'une fiche qui mentionne : - sa provenance, - son type (garniture de ceinture, épée...), - ses caractères physiques (forme, taille, matière...) - les phases de sa restauration, - la nature des traitements utilisés pour essayer de lui redonner son aspect d'origine, - son lieu de conservation.
 
LA RESTAURATION DE LA CÉRAMIQUE
      Elle concerne surtout la masse impressionnante des tessons retrouvés sur l'atelier de Gueugnon. Chaque fragment est lavé soigneusement, tranches comprises, mais sans éroder les bords. Après séchage complet, commence un fastidieux travail de puzzle. Les tessons sont maintenus pendant l'assemblage par des pinces à linge, ou dans un bac à sable. Le collage doit être efficace mais réversible. Il est exceptionnel de retrouver la totalité des fragments d'un même vase. éventuellement, les parties manquantes sont comblées avec du plâtre teinté. L'apparition de la colle thermofusible au début des années 1980, a considérablement facilité et accéléré la restauration des moules, qui présentent toujours une pâte extrêmement poreuse et pulvérulente.
 
Notre déménagement a entraîné la fermeture définitive de l'atelier de restauration. Cependant, notre technicien, dûment formé, reste à la disposition des bénévoles qui souhaiteraient exceptionnellement assurer la restauration de menu mobilier métallique, moyennant le simple remboursement des frais engagés.
Contactez-nous.